/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.

      name your price

     

1.
Masque sans visage [Marcel Polaire] J’aime vivre dans l’ombre, la solitude me délivre Le contact m’est pénible, j’aime le néant, je fuis le nombre Je conchie le monde, « Anonyme » mon pseudonyme Pas le genre à faire danser les blondes avec ma mandoline J’aime pas trop quand c’est bondé, je préfère les vastes plaines Tu sais je déteste les condés autant que la masse peut-être Je porte le masque de l’être sans face à force de l’être Je suis le mec d’en face, l’ombre que t’aperçois par ta porte-fenêtre Je vis dans une forteresse, un territoire impénétrable Une sorte de benne totalement imperméable Je me coupe du monde donc je me fous de la paire de balles Ainsi que des fesses de la tante du petit-fils du Prince de Galles Tout ça m’est bien égal, le monde se fout de moi donc je me fous de lui Plus d’un milliard de Chinois se battent pour un bout de riz Fuck toute ces fourberies, je reste un mystère pour ce monde Je suis l’ange qui passe et qui hante tes étourderies [Refrain] Pas de sourire, pas de grimace, pas de sueur, pas d’angoisse Pas de larme, pas de liesse, pas de visage sur mon masque Pas de sourire, pas de grimace, pas de sueur, pas d’angoisse Hé regarde mon visage c'est… [Bub] Insaisissable je demeure, laisse les brucelles Impénétrable aux douleurs comme les fesses de pucelle Tronche de galet, la vie m’a poli Solitaire avec le néant pour acolyte Fiche-moi tranquille je suis pas concerné La réponse de mes traits elle s’est pas conservée Ma face a l’urbanité d’un fusil d’assaut Et souligne l’humanité de celles du musée Tussaud Mon expression si rare, ma gueule si terne Je décerne l’Oscar à Seagal Steven Allez sculptez vos sourires, déguisez vos mines Je pratique pas, allez courtisez les mimes Masque d’escrime, je passe outre les fleurets Ouais rien à foutre des regrets Je m’intéresse pas, j’évolue en retrait Je reste illisible à vos histoires de secret Tu sais que moi je m’échauffe pas sous les spotlights Je reste en-dessous de zéro comme le Coke Light Flanqué de filles ? Débarque en hélicoptère ? Non j’ai planqué ma vie sous la cape de Harry Potter [Refrain]
2.
Masque de guerre [Bub] Rictus à mordre les boyaux c’est mon gimmick Ici respire par les tuyaux l’air est chimique Les volutes balayées par le rotor des hélicos J’évolue dans les cratères, poignard glissé dans les chicots Tu sens ça pue la mort mais avant tout ça sue la peur On suit l’odeur, on arbore le sourire des prédateurs Si t’ôtes ton masque t’as le visage de la victime Ta vie dérape et prend un virage dans la vitrine Ma face inaltérable nul ne peut me l’ôter Mon mental la pilote, ma folie l’a menottée Assis dans le tunnel ou à plat ventre sur la dunette Avec la prunelle grossie dix fois dans la lunette Tu te fourres un doigt si tu crois éviter ma bastos Quand je fais un vœu c’est simple mon canon l’exauce Couronne de cartouches sur le pourtour de mon casque Jamais de pardon parce que pas de bouche à mon masque Je suis un fantôme, je circule muré dans le silence Au sein de ma bulle saturée de pestilence Pourtant je ne sens aucun regret tardif … Filtre à charbon actif [Refrain] C'est masque de guerre sur la face – Aaaaaaaah !!!! -bjure l'angoisse, ne reflète que la menace – Aaaaaaaah !!!! -bandonne toute trace de conscience – Aaaaaaaah !!!! Chuuut !... Maintenant le silence… [Marcel Polaire] Deux traits noirs sous les pupilles, doigt sur la goupille J’étudie le terrain accroupi, j’observe l’ennemi qui roupille Je reste immobile dans ce trou depuis Deux jours, deux nuits, j’ai les genoux qui se gangrènent dans cette eau qui croupit J’ai des fourmis dans les fesses, le tournis je l’ai presque Dans ce fourbi, j’oublie, je deviens sourd, pire je me déleste Du brin d’humanité et de pitié qui reste en moi, flèches dans le carquois Gare toi si tu bouges, je fais de toi une carcasse Je prends mon pied à épier, sensations pures genre produits laitiers Pour être un bon tueur, faut du métier Tu sais un vrai guerrier ne repart jamais sans le scalp de sa proie Quant à moi, je les conserve tout près de ma croix Je suis un tireur adroit mais j’ai de l’affection pour ma lame Je trouve mon courage dans la foi, plus une injection pour la vibe Tapi dans le brouillard de la Broye, je traque les trouillards Pas de rouilla, j’opère seul et je m’en bats les couilles de la gloire Je porte un foulard sur la face, synonyme de douleur Je maîtrise tout l’art de la chasse, je fonce sur mes victimes comme une couleuvre Ma couleur c’est la crasse, baroudeur de la race Des bouffeurs de chair humaine, je suis l’ex-looser de la classe [Refrain] [Hades] Si limpide est cette épaisse fumée qui s’élève Cylindrique est la faiblesse que je porte à mes lèvres Ma secrétaire fait de même sous la table Où je signe ce qui fera de toi une cible inratable Pompes cirées sous les ourlets Le Dom Pérignon me fait transpirer sous mes bourrelets J’ai la paume moite mais tu la serres Et ne sers qu’à me passer la pommade sur ma peau mate Échec, mate, moi j’ai des milliards fils Reprendrez-vous des mignardises ? Je fais de la voile en été, mets les voiles en hiver Je me dévoile endetté, mais j’ai des talents divers Comme celui de me faire discret Et de te manger si t’es distrait Et de te ranger derrière un tas de garçonnets fiers Qui à donner leur vie pour leur patrie se disent prêts J’ai la rhétorique d’un homme de loi Ainsi que les sales gimmicks d’un homme de foi Mais seul mon appétit de glouton me bouge L’index aplatit sur le bouton rouge [Refrain]
3.
Masque de courage [Bub] Tu crois que j’assure pas, je le ferai quand-même Moi je suis un fou moi, y a pas de problème Même si la panique me taraude de sa piqûre Il sera pas dit que quiconque l’ait vu sur ma figure Appelle-moi King Kong, je suis votre héros Moi je bois la témérité à l’apéro La vérité, y a que moi pour la savoir Masque de courage qui pompe ma sueur comme un bavoir J’ai le visage altier, dissimule ma scélératesse Ma peur avortée, je l’éjacule sous le latex Personne ne doit discerner mes doutes Surface insonore et nul n’entend perler les gouttes Pourtant certains visent une coulée dans mon encolure Y a comme une fêlure, leur dire que c’est la chaleur Merde, toujours des petits riens qui nous accablent De nos jours même le polymère n’est plus fiable [Refrain] Le courage se dégage de mon visage, pas de nuage N'ombrage les parages, je suis l'image de l'ancrage Dans le paysage, le garage de l'équipage en naufrage Sous l'orage, le courage se dégage de mon visage Pourtant la lâcheté me corrode sous le métal Je voudrais me cacher comme la corolle sans les pétales Illico me rattacher au cordon ombilical Mais l'écho me dit marcher sur des cojones monumentales [Marcel Polaire] Je cache ma frousse sous des traits durs, un colosse à la vue de tous Un molosse, pas le mec qu’on moleste le soir au fond de la cour Un air de boss mais les chocottes, y a le front qui perle en-dessous Genre le gosse beau qui se cocotte mais qui se fait dessus Je suis celui qu’on attend comme le messie, sauveur des técis Mais j’ai la vessie fragile et je n’ai pas le jeu de jambes de Messi Mais t’inquiète j’ai saisi je sais que je ne dois pas perdre la face J’ai compris que si je veux durer je dois avoir la classe Dans ce monde faut être un surdoué, un surhomme, faut surjouer Y a surdose et moi il faut que je survole car il n’y a plus de bouée Faut que j’assure comme une brute seule donc il me faut une pure comm’ Une grande gueule, une attitude, des testicules d’une tonne Tu veux me teste ? Come ! Je suis le genre de mec que rien n’impressionne Tu parles, je flippe ma race dès qu’une personne me questionne Mais je sais qu’il faut que je donne le change, donc chaque jour je sors mon best-of Il faut que je me vende donc je me vante, quitte à ce que je mente, c’est mon sacerdoce
4.
Masque de bonne figure [Bub] La vie me sourit, mon visage lui rend la pareille Commissures des lèvres qui rejoignent mes oreilles J’ai les joues comme si j’y glisse des œufs Les deux pommettes gonflées qui me plissent les yeux Je m’affiche heureux, ici les larmes sont à proscrire Figure en poster, mais sans un pli à offrir Ici on ressemble tous à des célébrités L’individu embarrasse par trop d’aspérités Faut montrer face lisse, la douleur se nivelle L’euphorie se souligne par les couleurs du rimmel La joie c’est précieux, celle des autres se respecte Ma tristesse une injure que je maquille en esthète Je rajoute du plastique pour fixer ma gaîté C’est question de bonnes mœurs, se renfrogner c’est péter Ici les narines frétillent, alors je lâche pas mon rictus Je mâche des pastilles à l’eucalyptus [Refrain] Ici on pose comme tous, on pense comme tous, on passe comme tous Oui on rit comme tous, on râle comme tous, tient un rôle comme tous Car si tu rates ta scène c'est meilleures salutations Ici la marge est obscène comme l'odeur d'éructation [Bub] Je gomme la ridule, minuscule point sur la virgule Gobe la pilule, dissimule avec soin ma vie nulle Ma face faut la lisser comme un Flandise La voir glisser c'est ma hantise, faut pas pisser sur la banquise Je peux pas perdre contenance je suis bien trop plein Visage trop plat sur pire tremplin Si le monde voyait les taches sous la serpillère J'ai bétonné une chape sur mon cœur en cordillère Si tu portes œillères mon relief sera écrêté Mais si c’est lunettes c’est tollé dans la société Ici y a que 18 trous tolérés sur le green Laisser libre cours à sa nature c'est le crime Certes on mange des pousses de soja, des baies de goji On boit du sirop d'orgeat, on tait les soirées d'orgie Au fond tous révoltés mais montrent une gueule de rang de thuyas Travolta sous le masque mais comme IAM ils dansent le mia [Refrain]
5.
Masque de beauté [Marcel Polaire] J’ai sorti ma boîte à sortilèges, mon fard à paupières Ma botte secrète, celle qui rend hot toutes les chaumières L’arme de séduction massive, tenue d’écolière Pose lascive, sac à main griffé en bandoulière Tout est dans la suggestion, faut de la justesse Parfois de la sujétion, un brin de tristesse Faut du love bien sûr, et puis des seins bien fermes Faut parfois fuck la censure, montrer qu’on est bien faite Un peu de provoc, faut oser, pas trop causer, juste des mimiques Il faut doser, entre le fossé et le pont trouver la limite Il faut se lancer, parfois faut faire la pute Parfois la nonne, à toi de voir si tu veux te faire de la thune Il faut en montrer mais pas trop, pour amadouer ton patron Se déhancher comme un escargot, paraît que ça excite les garçons Faut un regard d’azur, donc il faut foutre des lentilles Et comme il faut que tu les rassures, faut avoir l’air gentille Mais un peu garce quand même, bref il faut trouver le doux mélange Et parfois mâchouiller son stylo, donc faut kiffer le goût de l’encre Il faut du style, de la classe, bref il faut que tu en jettes Et puis savoir se faire attendre, même quand t’arrives en jet [Refrain] Quand la beauté devient culte et que l'on te l'inculque depuis l'adolescence Que la mode et la pub sont catapultés sources de connaissance Tant que la reconnaissance passera par l'image que l'on renvoie Contre l'évanescence de notre chair on mènera le combat [Bub] Rondelles de concombres, il faut leurrer la Faucheuse Eviter les décombres, faut se beurrer la peau sèche Garder la jeunesse, je pioche dans ma trousse magique Chaque jour la fin approche et la frousse m’agite Y a les vieux beaux qui murmurent à l’oreille des chevaux Et les pauvres vieux qui muent à la raie des cheveux Je vide ma rasade de Pétrole Hahn hebdomadaire Face de Sahel tracée de rides, caravanes de dromadaires Colmate le Paris-Dakkar, je veux pas chialer l’aziza Ouais je veux la piste plate sous les palmiers d’Ibiza Hé vas-y blague, c’est pas aux autres que je raconte une histoire Masque de beauté, je le porte devant mon propre miroir Je suis le seul à convaincre tellement j’ai peur de mourir Chaque pommade une haie quand le temps se met à courir J’escamote des choses énormes à niquer Copperfield Parce qu’à la fin les crèmes : la seule dignité qu’on te refile Faut pas vendre la mèche mais le mensonge s’effrite Simili peau de pêche, noyau pourri dans la fange des tripes Cache la mort sous le menthol pour pas puer de l’haleine Masque de collagène après le tuer de baleines [Refrain] [Marcel Polaire] C'est l'histoire du Masque de Beauté, parce que le monde est faussé Parce que ce qui compte, c'est l'apparence, le reste on le met de côté Vas-y tourne, je veux te voir danser, stop, maintenant prends la pose et Sors ta poitrine, fais la belle, reste immobile sans causer [Bub] C'est l'histoire du Masque de Beauté, parce que le monde est faussé Parce que le temps passe, on passe le nôtre à tenter de le stopper Dans le miroir, traque les fossés, ça craquelle sur les côtés Donc on se tartine à la pelle des couches de crème d'abricotier
6.
Masque de libido [Marcel Polaire] C’est comme une caresse, un truc qui m’excite Le masque qui te la dresse comme un piment du Mexique Je vois des fesses, vite, il faut que je me frotte Il me faut ma drogue, donc je m’approche car je suis presse-bite Je kiffe le break bite, je vis dans un presbitère Je reste hyper fit et soigne mon hygiène pubienne Sur mes post-it, je dessine des grosses bites Je rêve de prostitution, de gigolos, de strip C’est rigolo depuis que je porte ce masque Je suis fan de baise-ball et je ne mate plus seulement les autres filles Typiquement l’autre nuit, j’ai senti monter la sève Du fond de ma verge, juste au contact de l’eau de pluie J’ai la gaule fils, ma vie est burnesque Elle est dure mec, surtout elle veut plus redescendre Elle veut plus se détendre, je suis une pure chienne Une pure bête de sexe qui recherche juste des fentes [Refrain] Quand je porte le Masque libidineux, ça me rend débile, un petit peu Je dessine des bites à l'indélébile, je mate les filles comme les petits vieux Je kiffe les minous, je veux des bisous et des poutous sur ma petite queue Oui j'avoue tout, je sors mon coucou comme un six coups, mon petit feu Mon zobe grimpe à l'étage, je sais, ça paraît trash Etape par étape, je perds le contrôle, bientôt c'est le crash Et sache que ça va faire tache, mais c'est le jeu... Je porte le masque qui file le braquemard, comme un traquenard à la belle bleue [Bub] J'ai le masque plaqué, braqué sur les filles on Peut mater des minous partout, parmi nous, par millions Parmigiano pour dresser les spaghouzes Paradant par douze, c'est menu partouze Des mains nues portées sous les mini-shorties Des minois pourpres et des mines assorties Des monts de vénus, des mignons poilus Des mines à pénis bien manipulées Masque de libido me brûle de manies pornos Masse de cacao chaud comme Annie Cordy Putain de bosse sous le pancho, autant de chattes dans la punchline Trou dans la couche d'ozone, pénétrer le sunshine J'embrasse la voûte céleste, pavillon vulvaire sur la bouche Je m'élève dans les airs: papillon, bulle d'air, oiseau-mouche Des sexes, des culs à l'air, de la gymnastique Je vais toucher Dieu la Mère, grand vagin cosmique [Refrain]
7.
Masque d’innocence [Bub] J’ai des agates dans les orbites, haleine de Chupa Chup Savates sur les socquettes, dégaine de hula hoop Entre chaste et coquette pour susciter le coup de foudre J’ai le masque à couettes avec la moue des lèvres rouges qui boudent Pâtes en lettres dans la soupe mais je sais les mots doux qui troublent Petite langue souple qui chuchote au pouls qui double Toujours je souffle mes douze bougies, je coupe la tourte Le client n’ose bouger, je le maintiens sous ma coupe Le truc : c’est faire croire au bougre qu’il m’ouvre la route Qu’il est la toute première bouche qui me broute la loutre Ouais je secoue le loup des fous qu’ont le goût des scouts Je la joue novice comme si dans le slip c’est le bout du scoop Air de surprise devant sa tige, c’est une poutre sous ma loupe Simule la face du doute avant de la foutre sous ma croupe Masque de plaisir vierge pâmé sur ma frimousse qui souffre A chaque verge mon âme j’enterre dans le drap-housse qui s’ouvre [Marcel Polaire] Gueule d’ange, air de pucelle, la débutante Je suis celle qui penche la tête, brucelles, mon physique y ressemble Sucette dans la bouche, j’endure seule Mon truc c’est les fix et les sucettes sous la douche J’excelle dans mon genre, une experte J’expérimente, je suce même sec celle de mon gendre Je sais que c’est pas brillant mais j’assume, le sexe est grisant et j’assure Je sais que j’ai raison, les clients affluent C’est vexant pour les autres, surtout pour les grosses Si c’est que ça, fuck, je fais ça rien que pour les doses J’exagère parfois, je sais, mais j’ai que ça Quand j’excite les beaufs, je me shoote pour atteindre l’extase J’exalte les passions, génération rien à schmit 12 ans, je couche pour le shit, nique les salafistes Élevée à la triche, aux coups de triques, pas à la quiche et budwig Sale affiche, envoie la fiffe que je passe une good week [Hades] J’ai l’air fragile mais je ne suis pas fébrile J’ai du sex-appeal mais je ne suis pas fertile J’ai douze ans mais j’en fais treize piges Mes rêves se sont faits braise, pire Ma vie sent le Shalimar et le Febreze, prise Au piège, j’aime le hard mais restons chics En G.A.V. je te fais un strip dans ton veston de flic Je suis seule dans ce lit, je te texte en slip Tu kiffes ? Reste en ligne je teste l’envie Selfie, sex pic, je tape la pose : poke ! Je t’excite, je resquille, raque la dose de coke J’ai le physique de l’emploi : petite anorexique Je laisse Roman Polanski apoplexique Bulles… bulles de Malabar et grosses Benz Je tiens bon la barre de pole dance Je n’ai rien sous mon imper et tu kiffes ça je le sens L’amour d’un père je connais ça, j’ai le sida dans le sang…
8.
Masque de folie [Marcel Polaire] Ça part d’un frisson dans la colonne vertébrale Suivi d’une tension dans le cortex cérébral Effet grisant, doucement euphorisant Paralysant, comme une prison, une combinaison intégrale Instinct de brigand, esprit taquin, je défie la norme Armé d’un trident et d’un flacon d’Echinaforce Je m’attaque à quiconque se la joue genre Terminator Ou King Kong, moi et Méphisto on s’est mis d’accord Balance de la disto Pierre, pas de la disco Soit réaliste ou c’est mon sang froid que je risque de perdre A moi ça risque de me plaire, mais pas à tout le monde Je suis un fou, monte sur mes grands chevaux, chante quand on me dit de me taire Issu d’un bidon de terre, toi tu réalises Que t’es pris au piège, comme fille au pair, du coup tu balises Mon discours est sans queue ni tête, sans story presque Voire mal poli, je perds mon latin, atteint de folie peut-être Prends garde au gorille, mec, j’ai des phobies, je me braque Y a des gosses qui me draguent, c’est de la faute à ce masque Pas de coke à ce stade, juste de la folie pure Ce coup-ci j’en suis sûr y aura pas de fioritures [Refrain] C'est le masque, masque de ouf... Ou quand le bic prend le contrôle de nos vies, un conseil : évite De nous casser, casser les couilles... Ecoute ce feat conçu pour rompre l'ennui, fonceder les vitres [Hades] Découper les samples, séquencer le beat Découper les samples, séquencer le beat Découper les samples, séquencer le beat Couper les sangles, défoncer ce type Défoncer ce titre, dépuceler les anges Corde de piano: surprise! Aiguiser les angles Débusquer les planques, planquer les petites Débuster des plantes, planter les psych' Transe électrique, danse et breakbeat Lexomil et une me-ri dans ses lexiques Braque le tacot, je pense au Mexique Donkey Kong, Don Quichotte, Sancho m'excite Au prochain virage je prendrai l'exit Braque ton éclairage sur mes effectifs Y a que sur les rails que t'es réceptif Prends la locomotive dans ta face bitch Sous mon entonnoir il n'y a que seize tifs Sur ta carotide il y aura treize griffes Torride genre treize, non seize milfs Bref quand il fait noir et que je te baise, kiffe [Refrain] [Bub] Non fiche-moi tranquille je ne veux pas voir ton pénis Rétracte-le illico-presto dans le pelvis Je m’en bats les couilles presse-toi, je me frotte les pupilles Je vois trop de détails, t’es en culotte sous le pupitre Des interstices dans le parquet, ma figure se crispe Main dans le paquet et langue sur la fissure des chips Hmmmm du paprika sur les papilles Nutella sur la tartine c’est abricot sous la pastille Je me plante une fourchette dans le genou, tu te calmes Cette merde aux noisettes est blindée d’huile de palme Pourtant je mate les enfants à la télé dans les spots pub Qui se fourrent la force d’un verre de lait dans le gros tube Moi j’ai des muscles et je peux soulever des poids Tu vois, et dans mon slip moi j’ai trouvé des poils Tous des lamproies, tous tous tous des lamproies Putain de poissons, ouais mon coutelas les éventra Ils sont trop lisses, je veux de la fourrure, je nique les loutres Parce que mon pénis c’est la doublure de Mickey Rourke J’ai pas de fatigue, je ne flanche pas, bigre ! Moi je m’agrippe aux hanches des tigres [Refrain]
9.
Masque de honte [Bub] Ce fut un jour que je marchais dans la foule à l’aise Le calecif bien accroché aux boules, balaise Quand les stigmates sont apparus sur ma face transpirante Masque translucide, mes faiblesses qui dansent du ventre J’ai ressenti la sueur sous le plastique Genre assis sous les lueurs quand je m’astique Obliques les regards des gens sont sarcastiques Le joystick à gauche, je dévie de ma trajectoire, je quitte Mes traces fissa, je glisse à la hâte, m’immisce à l’ombre Visage écarlate, masque de honte, impuissant face aux ongles Tous pointant tel un phare ma nudité subite Prurit, cellulite, multi tares de mon intimité maudite Ma nullité susdite offrant un spectacle gratuit Ecoute le déclic des i-phones qui captent ma conduite Je porte le masque de celui qui veut mourir à l’instant Je rentre cacher ma douleur, la nourrir aux Ponstans [Refrain] Je porte une tonne sur ma face Je porte le mépris comme les roms sur la place Je porte des stigmates qu’aucune gomme n’efface Je porte plus que les muscles de Stallone ne déplacent Je porte des lustres de dèche, ma gloire c’est chute de neige Je porte un masque de honte Je porte ma plaie depuis que passent des plombes Je porte mon infamie devant des masses de monde Je porte plus d’anus que mon ass en dénombre Je porte plume dans le derche, histoire qui pue la ièche [Marcel Polaire] Je me sens tout piteux, un petit homme parmi les autres Donc un peu miteux, oui j’avoue, j’ai fait du tort et j’ai commis des fautes Délits de sale gueule, d’initié, peu importe le crime Une belle gueule sans pitié, j’affichais ma thune sur le green J’étais un leader, le genre qu’on craint, physique de videur Aujourd’hui les mômes se foutent de moi quand je fais mes courses chez Lidl Je porte le poids de mes erreurs comme un stigmate sur ma face Putain de masque sans visière qui expose mes faiblesses à la masse Je veux disparaître de ce monde, ne plus paraître dix secondes Une cigarette, puis tout s’arrête, pour ne plus ressentir cette honte Je n’en peux plus d’être confronté à ma médiocrité Mon propre reflet me dégoûte, «coupable» est mon sobriquet Je rêve de briquet, de jerricane d’essence D’être loin du regard des gens, perdre tous mes sens, je voudrais m’abriter Je voudrais fuir, j’ai pris conscience de mes vices A force de nuire, j’en ai perdu jusqu’à la confiance de mes fils [Refrain]
10.
Masque de vacarme [Bub] Yo c’est clameur dans les enceintes, grosse basse dans les gencives Vinyle sous les empreintes, micro : passe à l’offensive Visage en baffle, usine à cracher les rimes en afflux Sinusoïde de l’onde sonore qui tire en rafale Lucidité du discours depuis des lustres de 16 Déguste les mesures une à une, ajuste le siège Le truc tape depuis la lune demande à George et Sandra Kung-fu Panda, fat tumulte qui décoche les mandales Ce bruit c’est Bub qui pose son flow vénère sur le beat Illico brisant mobilier causant fêlures sur les vitres Fissure les molaires comme perle dans les huîtres Ba-ba-balbutiements criant rappel pour le titre La musique relance face de woofer recommence à vibrer Nique le silence, on n’est pas là pour faire dans l’équilibré Le masque rivé, bruyant, redémarre le tapage Pour les nouveaux arrivés séance de rattrapage [Refrain] C'est masque de vacarme – vacarme – vacarme Ça fracasse comme Spartan dans la passe d'arme – vacarme Pas calme comme Batman dans le masque bal – vacarme C’est le ramdam dans le rap game – vacarme – vacarme [Alex Almonte] Check ces masters de rap munis de flows fats Un truc se propage mais pas tout le monde le sent c'est dommage Et ce masque sur ma face fait de moi un homme plus fort encore Me fait cracher des phases de barje le jour, la nuit pendant que tu dors Sniper à la Baffie je te soûle comme le raki Quand la musique est nue t'inquiète je viens ensuite je l'habille Yo après ce passage beaucoup de MCs souhaitent l'euthanasie Ça tape si fort que ça leur provoque des crises d'épilepsie Bub le Zombie, Astro et Alex On s'en tape d'être in car nous on peut rapper en pattes d'eph Tant que le son pète, que le flow jette son dévolu sur vos têtes C’est tout ce qui m'importe, un jour t'y arriveras peut-être Mais pas sûr car le masque tu l'as ou tu ne l'as pas Si je suis un pêcheur mon mic c'est ma canne et toi l'appât Je me sens super-héros, super-rappeur et sans me faire des ronds Je mange tous les super-blaireaux comme je mange des Rochers Ferrero [Refrain] [Marcel Polaire] Paraît qu'faut je pose mon flow et que je paraisse méga fort Bon ben je ferai tout ce qu’il faut, pas de paresse, mégaphone Toi t'es faux, ça te parle pas, MC méthadone C'est Marcel Popo, Almonte plus un demi Megaton C'est l'hécatombe, les gars tombent, les mecs attendent que je trébuche Mais qu'ils attendent j'envoie de la bombe, c'est le déluge C'est épatant et pourtant ce n'est que le prélude Envoûtant, déroutant, mon rap s'inspire de la pleine lune Je suis une bouche béante, bouge tes hanches, secoue tes manches Si je vous dérange ben foutez le camp, je fais couler de l'encre, j'ai coupé le temps Ecoutez le vent… C'est le flottement de mes chuchotements, le picotement de mes couplets Je boude les boootlegs, roule et noue les bouts de laine, tourne mes bouts de vers Fous les boules, mais pourrez-vous détourner l'ouïe ? J'ai des doutes certes Voulez-vous devenir sourds ? Vous êtes déjà tous bêtes Tournez-vous mais souvenez-vous qu'à côté de nous vous semblez tous bègues [Refrain]
11.
Mascarade [Alex Almonte] Une seule phase t'es déjà dans le vent, à terre, du bon temps Tu vas en prendre en rampant bien longtemps Yo je porte le masque de l'ego, futuriste et retro Je défonce tout sur mon passage, tête baissée comme un taureau [Marcel Polaire] Un microbe sommeille en chacun de vous, y a des machins dessous Pire qu'un rat-singe, des chiottes ou un vagin de rousse Un magasin de couches souillées, toutes mouillées Je couvre toutes les parties de mon corps, les vôtres sont toutes rouillées [Hades] J'aime pas trop mes semblables, même ceux qui m'écoutent Sans blague je crois que la race humaine me dégoûte Je suis une masse dans l'espace, faut pas que j'en fasse trop Je me casse avec le masque d'Astro [Idal] Le monde est plein d'ectoplasmes tout sourire Coriaces qui croupissent, normal que ça pousse au crime Cours ou crève, tous aux prises avec les bourreaux d'air frais Ressasse les vieux refrains, pas les nouveaux versets [Robert Roccobelly] Je possède mille masques gravés dans la peau tels des stigmates Par tous les temps je m'acclimate Mais que je porte celui qui pleure ou celui qui se marre Je reste un primate bon à cracher des rimes sales [Hook] Parasite dans leur système, je mime la même vie qu'ils mènent man Mais mes rêves submergent mal, les cache sous des dizaines de masques A l'interne je te tire ce qui me sépare Impassible j'admire le spectacle [Person] Yo massacre massif pour les Maasaïs vas-y Massage à l'âme, j'agis, ma zique, mon mariage, la vie On est de passage, tu ris, cachés sous des masques on brille Démarrés on se rhabille avec la paresse d'ici [Nostra] D'après ce qu'on dit, trop de masques plus d'MCs Sur l'autoroute de l'industrie tu rêves d'un taxi Yo bénis soient les miens, ça reste en autarcie C'est Hard Life, la vie dure, la musique l'adoucit [Bub] J'arrive, figure de ton futur ex sur le T-rex Petite naïve, ton joli sexe en 18 mégaPX Braises sur le silex, masque de pyrex, je me retiens in-ex… tremis… jets de tipp-ex dans le kleenex [Hades] Mate bien l'inexpression de mon masque de Bub Bon je l'ai déjà fait mais quand-même tu me masses le zob Yo j'aime les filles qui aiment les filles qui aiment halloween Mais bon à ton âge c'est quand-même moche si t'es gouine [Marcel Polaire] Jamais je ne pipe mot, comme hypnotisé Bibelot dans la masse, de fumée sont mes signaux L'exorciste pour les uns, chaman pour les autres Je n'exauce pas les vœux, je vois les vôtres dans des petits os [Robert Roccobelly] Au mic je kicke grave, je cause toujours des brimades La terre tremble quand je porte celui de Godzilla La prose qui tape, des rimes explosives Qui laissent des traces durables sur ton masque de groupie [Idal] Incarné par un tablier taché d'artefacts Au carénage malléable et carnivore J'étale un charnier dans mon carnet Marée noire de pensées mort-nées pour les attardés Tourbillon dans mon cortex Considérations post mortem d'un ennui mortel Pour l'être humain modèle en véritable peau de bête Peau de vache, pauvre mec [Person] Imagine ce que tu vis, ce que tu crames, ce que tu pries Ce qu'on a tous derrière la tête avec le masque de l'oubli Sans savoir on s'en sort avec des marques sur le corps Caché sous des fausses valeurs j'ai le cœur qui rougit [Bub] Mon masque il est un peu rond, il est un peu lisse, il est un peu vert Hein? C'est marrant ton pénis il est impubère Enfin bref mon masque il a la rage, c'est le masque d'H.U.L.K. Ouais mais quand-même à ton âge c'est moche si c'est le cas [Marcel Polaire] Laissez passer futurs cadavres, putes malades Plus de palabres, parmi vous y en a plus de valables Rude, salace, l'ambiance est lourde, je ramasse Des viscères à la louche, carcasses rouges, un bec sur la bouche, je pavane [Alex Almonte] Mon masque est fou, je porte le masque de l'horreur Pour que mon son t'aille droit au cœur je plante le mic à l'intérieur N'aie pas peur, tu ne sentiras aucune douleur J'aurais déjà tranché ta carotide avec un cutter [Hook] Prisonnier derrière mon sourire Un «oui m'sieur», un «siouplaît m'sieur», journée de pirouettes Je survis même pris au piège dans ma souricière Car ici tous hibernent, tout l'été et tout l'hiver [Robert Roccobelly] Quand je porte celui de Freddy Krueger De cougar mâle, celui d'Oppenheimer Projet Manathan, mangez ma banane Bande de bâtards je porte le masque d'Arafat [Nostra] Vrai comme tous, je caresse ma vie, mon doux spliff Tombe le masque et là je rappe toute ma vie Est-ce que l'opium du peuple fait son effet ? Comme la weed sur oim, attends le track je tape un speed Est-ce que l'appât du gain peut se défaire ? La drogue tue les nôtres mais son argent nourrit toute une mif Y a pas de paradis, les pieds sur Terre Belzébuth est roi, l'humain est sacrifice [Person] Yo je parle de ce masque comme d'une autre parallèle Tous sont mis d'accord, la vie des autres, qui s'en rappelle ? Je parie sur celui qu'est à poil, la vie des squales Je m'en bas les balls, putain on est tous pareils [Hook] Humains par nos actes, par nos vies, par nos visages Bizarre, l'humanité rend l'humain inapte Pâle copie de pâle copie de primate Qui rate sa vie, que s'atrophie le mirage [Alex Almonte] Ce masque est définitivement pourri, me fait une face de souris Moi qui suis pas de bonne avec cette merde je porte le sourire Entre la moisissure et cette putain d'odeur de saucisse Heureusement que ce masque était au rabais, presque gratuit [Bub] Yo mate j'ai mis mon masque, fuck Les Mickey Mouse, hé le matou c'est la mascotte Miaou j'humilie les Mimie Mathy, mains je frotte Ciao, pas de mine, j'élimine sans limite, j'ai les rimes qui m'escortent [Hades] … Backpacker … Carjacker … Nuage de vapeur … Masque de backeur
12.
Masque de good vibe [Marcel Polaire] Je suis un mec cool, man, moi faut pas me brusquer Faut pas trop que je cours, pas trop que je bouge où je risque de me muscler Je suis pas trop pour suer à grosses gouttes, je suis plus pé- tard, grosse mousse, regard beau rouge, smile incrusté J’ai la good vibe, le roots style, le pouce en l’air Où que j’aille, où que je trace, je goûte, life de ouf J’ai le rucksack avec tout mon bardas à portée de main Ecoute ça, c’est pour les clowns et pour les portées de nains J’ai les zygomatiques qui me chatouillent, envie de papouilles De gazouillis d’oiseaux, fuck les casse-couilles On efface tout… et on repart à zéro Je veux voir des sourires sur les lèvres et qu’on fasse péter l’apéro, Ça fait bye les blaireaux, les cailles au mic, les héros Les calimeros, va et vient de maille et d’héro Ces paris véreux, tes amis fiérots Les cas miséreux, les coups de lame dans les préaux [Refrain] Je porte le masque qui file le smile, finis les regards sévères Je perds pas le moral, jamais je râle quand la vie s’accélère Toujours en freestyle, mais j’en ai jamais l’air Je ris devant ceux qui braillent et qui maillent, tous ceux qui brassent de l’air [Marcel Polaire] Je suis nostalgique du temps des hippies, calumet sous le tipi De toute façon demain sera fait de ce que dira la Pythie Cherche pas midi à 14 heures, y a pas d’horreur Juste une odeur d'herbe brûlée dans l’après-midi, j’ai De l’amour pour mon prochain, pour l’avenir plein de projets Et je ne parle pas de gros seins, ça n’amène que des procès Dans ce monde, je dirais qu’il y a trop de flingues, et trop de capitaines Crochet Moi depuis toujours je rêve de me taper la fée Clochette Je kiffe courir nu dans les prés alentours Sentir la chaleur de l’été, parler aux êtres qui m’entourent Moi le soleil me fait de l’effet, je finis quasiment pourpre Rien à foutre du style bel éphèbe, je n’ai pas la corpulence pour [Refrain]

about

Masque d’Humanité, c’est la réunion de Bub le Zombie et de Marcel Polaire (AKA Astro de Mens Sana) sur un projet commun entièrement consacré à la thématique des masques et intégralement concocté par le producteur PS.

Collaborateurs de longue date au sein du label lausannois orformOrnorm, les deux MCs ont régulièrement partagé le micro sur leurs différents projets passés, notamment en 2012 sur le morceau "Masque d’humanité" qui se pose un peu comme l’origine de l’actuel projet. Et maintenant qu’ils sont trop vieux pour assumer seuls, ils ont décidé de bosser ensemble.

Le projet a été enregistré et mixé quelque part vers Cery par dillamag. Il comprend 12 morceaux qui se présentent comme autant de masques, avec des apparitions de Hades, Alex Almonte, Robert Roccobelly, Person, Nostra et Idal & Hook de Murmures Barbares.

credits

released August 31, 2016

2016 © orformOrnorm

Ecrit par Bub Le Zombie & Marcel Polaire + guests.
Produit par PS.
Enregistré et mixé par Dillamag sauf "Masque de folie" mixé par Éric Saugy. Mix assistant PS.
Communication par Sibylle. Masque en céramique par Xénia Laffely.

license

all rights reserved

tags

about

orformOrnorm Lausanne, Switzerland

Since 2005!

contact / help

Contact orformOrnorm

Streaming and
Download help

Report this album or account

If you like Masque d'humanité, you may also like: